RÖKKER Heinz
RÖKKER Heinz

 


64 victoires

 

 

 


 

 

Né le 20 octobre 1920

 

 

 

 

Hauptmann / Capitaine / Staffelkapitän

64 victoires
161 missions

 


 

 


Grade Date
Unités
Arrivée Départ Fonction Secteur
Lt
1941
Luftwaffe 10/39 05/42 Elève Pilote Allemagne
Oblt
08/43
1./NJG 2 05/42 08/42 Pilote Méditerranée
Hpt
01/08/1944
1./NJG 2 08/42 12/42 Pilote Belgique
   
1./NJG 2 12/42 02/43 Käpt Belgique
   
1./NJG 2 02/43 07/43 Käpt Sicile. Afrique du Nord
   
1./NJG 2 07/43 09/44 Käpt Hollande
   
2./NJG 2 09/44 05/45 Käpt Front de l'Ouest

Heinz Rökker est né le 20 octobre 1920 à Oldenburgh. Il rejoint la Luftwaffe en octobre 1939 et débute son entrainement à la Flieger-Ausbildungs-Regiment 22 de Güstrow en juillet 1940. Il poursuit sa formation à la Blindflugschule 5 de Belgrade-Semlin avant de terminer sa formation en septembre 1941 à la Nachjagdschule 1 de Neubiberg, près de München. Affecté au 1./NJG 2 le 6 mai 1942, il opère sur le front de Méditerranée. Le 20 juin 1942, Rökker décolle avec son unité et repère au cour du vol vers la Crète un bimoteur Beaufort à 17h20. Le jeune pilote tente de se positionner derrière l’avion britannique qui ouvre le feu en premier : « J’avais l’intention de plonger sur la cible et d’actionner mes mitrailleuses MG. Néanmoins ce ne fut pas nécessaire car brusquement l’appareil anglais est tombé à l’eau. Une partie de la carlingue et du moteur furent rapidement submergés par les flots. J’avais atteint mon objectif sans tirer un seul coup de feu. Nous avons survolé l’épave qui lentement s’enfonçait dans l’eau et était sur le point de sombrer. Heureusement, les trois hommes d’équipage ont pu se réfugier dans un canot pneumatique. Nous étions évidemment très heureux cette première victoire officielle. » Rökker vient poser son Ju 88C-6 (R4+PL) sur le nouveau terrain de l’unité situé à Kastelli, en Crête, avec vingt cinq trous dans son Ju 88C-6 (code R4+PL), résultat de la riposte de son infortuné adversaire.

A partir des bases situées en Libye, Rökker effectue plusieurs missions Intruder en Egypte, revendiquant 4 bombardiers Wellington à cette occasion. Il opère dans le secteur de Tobrouk au cours de l'été 1942 au départ des aérodromes de Benghazi, Derna et El Daba. Il remporte sa première victoire en Afrique du Nord le 25 juin, en compagnie de son fidèle Radio mitrailleur, Georg Frieben : « A 23h45 nous survolions les environs de Marsa Matruk lorsque nous avons repéré un Wellington volant à une distance de 400 mètres. Je fonçai alors plein gaz sur cette proie mais j’avais surestimé la vitesse du bombardier et m’approchai par conséquent trop vite. Je coupai donc les gaz pour pouvoir tirer de courtes rafales. L’ennemi avait été surpris par la rapidité de mon approche et n’avait pas eu le temps de répliquer. Toutefois, j’évitai la collision de justesse en virant à quelques mètres de l’appareil en feu. A travers une fine couche de nuage, nous vîmes l‘avion tomber au sol comme une pierre en traînant derrière lui une large traînée de flammes. Au cours de la même nuit, nous avons intercepté vers 00h09, à peu près à la même hauteur, un second Wellington. Cette fois je réduisis la vitesse avant d’ajuster la cible. Mes mitrailleuses enflammèrent le moteur gauche. Le pilote britannique plongea au ras du sol et effectua un atterrissage sur le ventre. Quelques instants plus tard, la machine s’embrasa ; on pouvait clairement distinguer l’ossature de l’appareil à la lueur des flammes. Nous avons atterri sans problème à 02h10 à Derna. » ".

Les victoires nocturnes de la I./NG 2 diminuant de façon significative, le Gruppe est déplacé à Melsbroeck, en Belgique, le 4 août 1942. Le sérieux de le Leutnant Rökker est tout naturellement reconnu par ses supérieurs et, le 14 août il se voit décerner la Croix de Fer, 1ère classe. Le 15 décembre, Rökker est promu Staffelkapitän du 1./NJG 2.

 

 

Le 16 février 1943, le I./NJG 2 y est renvoyé en Sicile pour contrer l’offensive aérienne qui se prépare contre l’île. Une fois de plus, Rökker entreprend des missions Intruder sur la Sicile et la Tunisie, remportant une victoire sur un Wellington près de Marsalla dans la nuit du 19 au 20 avril 1943 pour sa 6eme victoire. Le 2 juillet 1943, Rökker rentre en Hollande (Parchim et Gilze-Rijen) avec son Staffel afin de prendre part à des missions de défense du Reich face à l'accroissement des intrusions de bombardiers alliés au-dessus de l'Allemagne. C'est à ce moment que Rökker va augmenter de manière significative son tableau de chasse, notamment à travers de nombreuses victoires multiples obtenues lors de missions intruder au-dessus de la Grande Bretagne. « Les pénétrations nocturnes sur la grande Bretagne avaient été réactivées parce que nous savions que les aérodromes de nos adversaires étaient totalement illuminés lors des procédures de décollage et d’atterrissage. De plus pendant l’assemblage des « stream » de bombardiers, les équipages allumaient leurs feux de navigation par crainte de la collision, cela malgré les consignes. » La rivalité entre l’OKL (la haut commandement de la Luftwaffe) et le responsable de la chasse de nuit, le général Kammhuber mettra un terme à ces missions an avril 1944. Elles avaient déjà été stoppées à la fin 1941 à cause de considération bassement politique. Hitler préférait en effet que l’on abatte les bombardiers britanniques au-dessus du Reich pour des raisons de propagande.

Dès le début de l’été 1943, la Nacthjagd adopte deux mesures qui sortent du cadre du système classique. Ces nouvelles tactiques de chasse nocturnes – Zahme Sau et Wilde Sau – vont infliger de nombreuses pertes dans les rangs de la RAF. Même l’adoption du système de brouillage « Window » ne parvient pas à réduire le nombre croissant d’appareils détruits pendant le guerre de nuit.

 

 

Le 24 août 43 alors que les raids britanniques s’intensifient sur l’Allemagne, Heinz réussit un doublé : « Ce 23 août nous avons reçu pour la première fois l’ordre de traquer et de combattre sans merci les hordes de bombardiers ennemis survolant les Pays-Bas et se dirigeant vers Hanovre et Berlin. Je décollai de Gilze-Rijen à bord d’un Bf 110G-4 en compagnie de l’Uffz. Gundelach qui avait remplacé mon opérateur habituel, Carlos Nugent, malade. Nous nous sommes élevés jusqu‘à 5000 mètres, altitude qui nous paraissait idéale lorsque nous avons aperçu des reflets lumineux à l’est, il devait probablement s’agir d’une formation ennemie. Je maintenais le cap dans cette direction pendant environ une heure avant de survoler pour la première fois une grande ville. Il s’agissait de la capitale, Berlin ! Nous étions les témoins d’une attaque en règle des bombardiers britanniques qui déversaient un tapis de bombes. Les batteries antiaériennes étaient également entrée en action et les obus éclataient tout autour de nous comme un véritable feu d’artifice. Il était très difficile dans ses conditions de se permettre une attaque ponctuelle. Je n’avais jamais assisté à un tel spectacle. L’ennemi abordait la ville par le sud. Grâce aux projecteurs et fusées éclairantes je distinguai des quadrimoteurs à quelques encablures au-dessus de notre Messerchmitt. Je décidai immédiatement de m’approcher derrière un intrus en me positionnant tantôt à gauche, tantôt à droite pour ne pas être victime du mitrailleur arrière. Au moment propice j’appuyai sur le déclencheur des mes quatre mitrailleuses de 7,9 mm. Je dus subir une salve de mon adversaire mais déjà son flanc droit et sa carlingue s’embrasaient. Il s’écrasa au sol et explosa à 00h35. A 00h50 j’aperçu un autre quadrimoteur qui se dirigeait vers le centre de Berlin. J’attaquai immédiatement en ouvrant le feu avec mes mitrailleuses avant sans aucun temps mort. Une tactique payante puisque le bombardier n’eut pas le temps de répliquer et il fut rapidement mis hors de combat. Après ces deux premiers succès décrochés en utilisant la méthode ‘Wilde Sau’ nous revînmes atterrir à 02h00 à Rechlin. J’avais obtenu de la sorte mes deux seuls victoires au commande d’un Bf 110".

Il s’agit de ses 7è et 8è victoires mais ce n’est qu’à partir de 1944 pendant la bataille de Berlin que les qualités de chasseur de l’Oberleutnant (depuis le 1 décembre 1942) Rökker apparaissent au grand jour. En février, il tire un Stirling et un Lancaster. Le mois suivant, il est crédité de onze victoires dont trois triplés (15/16 mars, 22/23 mars et 24/25 mars) ; en avril, il ajoute trois victimes à son tableau de chasse. Il compte alors vingt-quatre Luftsiegen. Le meilleur avion de chasse nocturne de la Luftwaffe, le Ju 88 G-6 est remis au I./NJG 2 en juin 1944. En plus des radars antiaériens FuG 220, FuG 227 et FuG zY, les Junkers transportent des appareils d’orientation Peilgerät 6 automatiques, des appareils radio FuG 10P à ondes longues et ondes courtes, et des FuB1 pour l’approche sans visibilité. La nuit du 6/7 juin 1944, le Gruppe (mené par le Hauptmann Gerhard Raht) part pour la France afin d’intervenir sur les plages de Normandie. Au cours de la première mission, Heinz va détruire cinq bombardiers britanniques, en un peu plus d’un quart d’heure, dans la région de Caen. (29 - 33).

L'Oberleutnant reçoit la Ritterkreuz le 27 juillet 1944. Il remporte sa 40eme victoire dans la nuit du 7 au 8 août 1944. Il en a quatre de plus, la nuit du 7/8 août après avoir « poivré » un Halifax à Orléans et trois Lancaster au nord ouest du Havre. Toutefois, comme toute la Luftwaffe, le I./NJG 2 est particulièrement malmenée par une aviation alliée omniprésente et largement supérieure en nombre. Le bilan de la campagne de Normandie est particulièrement maussade pour l’unité qui, malgré ses quarante-cinq victoires a laissé dans l’aventure huit équipages - vingt-six aviateurs. De plus, trente-huit Ju 88 C-6 et G-1 ont été détruits et une trentaine d’autres endommagés suite aux bombardements des bases du I Gruppe à Chateaudun et Dijon. Le personnel est finalement transféré à Kassel-Rothwesten pour y être reconstitué à la fin août 1944. Promu Hauptmann le 1er août, Rökker se voit également présenter le commandement de la 2./NJG 2 un mois plus tard, le 1 septembre. Le nouveau Staffelkapitän continue à se frotter régulièrement aux « viermots » de la RAF. Dans la nuit du 4/5 novembre, il remporte un quadruplé qui porte son palmarès à 45 victoires et termine l’année avec 46 victoires.

 

 

En 1945, la NJG 2 continue à affronter les armadas aériennes alliées venant frapper un Reich sur la défensive. C’est tout à l’honneur du Hauptmann Rökker d’avoir pu revendiquer trois succès en janvier. Le 1 février 1945, il abat un Lancaster. La nuit du 3/4 mars l’as participe à un épisode peu connu des historiens, l’opération Gisela, qui fut la plus importante intrusion de la chasse de nuit au-dessus de la Grande–Bretagne au cours du conflit. « Cet important raid sur l’Angleterre avait été programmé au moment où les Britanniques rentraient d’une attaque sur les villes de Kamen et Ladbergen. Nos chasseurs et bombardiers avaient reçu pour mission de traverser la mer du Nord à très basse altitude et de surprendre les appareils ennemis au moment où ils effectueraient leur manœuvre d’atterrissage sur une trentaine d’aérodrome locaux. » Cent quarante-deux Ju 88G-6 participent à cette envolée nocturne. Le Stab ainsi que les I. et II./NJG 2 décollent de Twente et Leeuwaerden mais le Haut Commandement n’a pas prévu suffisamment d’appareils pour cette opération. Les dégâts causés aux Tommies sont en conséquence minimes. Plus jamais la Nachtjagd ne devait voler en si grand nombre. Le Hauptmann Rökker peut ajouter les Feuilles de Chêne (N° 781) le 12 mars à l’occasion de sa soixantième victoire. L’Oberfeldwebel Carlos Nugent, avec qui il a partagé 62 succès depuis leur association en mai 1942, se verra octroyer la Croix de Chevalier au mois d’avril.

Le 15 mars 1945, Heinz et son équipage : le Funkmess-Funker Carlos Nugent, Boden-Bordfunker Hanns Mattar et le Beobachter Fritz Wefelmeier décollent de Twente à 18h30 pour intercepter une vague de mille bombardiers se dirigeant sur Hagen. Ils détruisent deux quadrimoteurs près de Dusseldörf et un troisième appareil au-dessus de l’aérodrome de Saint-Trond, en Belgique, entre 20h50 et 21h26. Ils engagent encore un Mosquito, un avion spécialisé dans le bombardement de précision à base altitude. Rökker réussit à ajuster la cible dans son viseur Revi et a actionner le canon du Ju 88 G-6: « Le Mosquito tomba en flammes à 21h34 et s’écrasa au sol. A notre grand étonnement il n’y a pas eu de réplique de la part de la défense antiaérienne. Je reçus confirmation plus tard que le chasseur-bombardier s’était écrasé à St Trond. Comme il n’y avait plus de flotte ennemie à l’horizon nous avons décidé de rentrer à notre base. Soudain, je vis que le témoin de température du moteur droit était en panne. Nous avions dû être touché par les tirs du Mosquito et le radiateur avait été atteint. Doucement je stoppai le moteur droit que je comptais redémarrer pendant la manœuvre d’atterrissage. C’est de cette façon que nous arrivâmes à notre point d’attache à Twente, avec un seul moteur. »

C’était la 170ème et dernière mission de guerre du capitaine Rökker. Sur les 64 appareils abattus par le 7ème as au classement final de la chasse de nuit allemande, 55 étaient des quadrimoteurs.

L’ancien aviateur vit aujourd’hui dans son village natale d’Oldenburg. Il a écrit une excellente chronique de la I./NJG 2 « I. Gruppe Nachtjagdgeschwader 2- Juli 1940 bis Kriegsende 1945 » chez VDM . Un ouvrage indispensable pour les chercheurs et passionnés de la Luftwaffe.

Carlos Nugent (opérateur radio)

 


 

 


 

DECORATIONS
EK 2
EK 1
Ehrenpokal
DKG
RK
27/07/44
EL
12/03/45 (781)

Blessé
-

 


 

 

 

 

                            

 




 


 

Date Heure Type Avion Unité Grade Fonction Lieu   Remarque
20.06.1942
17:20
Beaufort
1./NJG 2 Lt Flieger near Crete 
1
 
25.06.1942
23:45
Wellington
1./NJG 2 Lt Flieger 50km SW Mersa Matruh / Wellington of 37 Sqn RAF
2
 
26.06.1942
0:09
Wellington
1./NJG 2 Lt Flieger 40km SW Mersa Matruh
3
 
28.06.1942
23:58
Wellington
1./NJG 2 Lt Flieger 60km SE Notland / Wellington of 108 Sqn RAF
4
 
28.07.1942
23:10
Wellington
1./NJG 2 Lt Flieger E Tobruk
5
 
19.04.1943
1:15
Wellington
1./NJG 2 Oblt Käpt Marsalla
6
 
24.08.1943
0:35
Lancaster
1./NJG 2 Oblt Käpt SW Berlin
7
 
24.08.1943
0:50
Lancaster
1./NJG 2 Oblt Käpt SSW Berlin
8
 
20.12.1943
19:47
Lancaster
1./NJG 2 Oblt Käpt N Frankfurt
9
 
24.02.1944
22:43
Stirling
1./NJG 2 Oblt Käpt Heilbronn
10
 
25.02.1944
21:43
Lancaster
1./NJG 2 Oblt Käpt W Hagenau
11
 
15.03.1944
22:26
Lancaster
2./NJG 2 Oblt Käpt near Saarbrücken
12
 
15.03.1944
22:35
Lancaster
2./NJG 2 Oblt Käpt near Hagenau
13
 
15.03.1944
23:55
Lancaster
2./NJG 2 Oblt Käpt 30km W Stuttgart
14
 
22.03.1944
21:30
Lancaster
2./NJG 2 Oblt Käpt near Aurich
15
 
22.03.1944
22:27
Viermot
2./NJG 2 Oblt Käpt near Koblenz
16
 
22.03.1944
22:35
Halifax
2./NJG 2 Oblt Käpt N Koblenz
17
 
24.03.1944
22:50
Lancaster
2./NJG 2 Oblt Käpt between Berlin and Leipzig
18
 
24.03.1944
23:20
Halifax
2./NJG 2 Oblt Käpt near Halle
19
 
24.03.1944
23:48
Lancaster
2./NJG 2 Oblt Käpt S Kassel
20
 
26.03.1944
22:35
Viermot
2./NJG 2 Oblt Käpt Mönchen Gladbach
21
 
23.04.1944
1:58
Lancaster
2./NJG 2 Oblt Käpt 50km NW Düsseldorf
22
 
25.04.1944
2:05
Viermot
2./NJG 2 Oblt Käpt 30km NE München
23
 
28.04.1944
1:39
Halifax
2./NJG 2 Oblt Käpt Freiburg in Breisgau
24
 
12.05.1944
0:23
Viermot
2./NJG 2 Oblt Käpt 20-50km NW Brussels
25
 
12.05.1944
0:35
Viermot
2./NJG 2 Oblt Käpt Zeebrügge See
26
 
12.05.1944
0:49
Viermot
2./NJG 2 Oblt Käpt 05 Ost S/2234
27
 
28.05.1944
2:08
Halifax
2./NJG 2 Oblt Käpt 20-40km NW Eindhoven
28
 
07.06.1944
2:42
Viermot
2./NJG 2 Oblt Käpt 10-50km SW Caen 
29
 
07.06.1944
2:48
Viermot
2./NJG 2 Oblt Käpt 10-50km SW Caen 
30
 
07.06.1944
2:51
Viermot
2./NJG 2 Oblt Käpt W Caen
31
 
07.06.1944
3:01
Viermot
2./NJG 2 Oblt Käpt W Caen
32
 
07.06.1944
3:08
Viermot
2./NJG 2 Oblt Käpt W Caen
33
 
25.06.1944
0:16
Viermot
2./NJG 2 Oblt Käpt S Dieppe
34
 
26.07.1944
3:21
Viermot
2./NJG 2 Oblt Käpt Romilly
35
 
26.07.1944
4:38
Viermot
2./NJG 2 Oblt Käpt NW Châteaudun
36
 
29.07.1944
0:14
Viermot
2./NJG 2 Oblt Käpt Orléans
37
 
29.07.1944
1:17
Viermot
2./NJG 2 Oblt Käpt 50km NE Chaumont
38
 
07.08.1944
23:29
Viermot
2./NJG 2 Hpt Käpt near Le Havre
39
 
07.08.1944
23:35
Viermot
2./NJG 2 Hpt Käpt NE Le Havre / Lancaster (ND817) of 582 Sqn, RAF
40
 
08.08.1944
0:06
Viermot
2./NJG 2 Hpt Käpt E Le Havre
?
 
19.10.1944
21:48
Viermot
2./NJG 2 Hpt Käpt Pirmasens
?
 
04.11.1944
19:31
Viermot
2./NJG 2 Hpt Käpt Quadrat KP
42
 
04.11.1944
19:36
Viermot
2./NJG 2 Hpt Käpt Quadrat KP
43
 
04.11.1944
20:00
Viermot
2./NJG 2 Hpt Käpt Quadrat KN
44
 
04.11.1944
20:06
Viermot
2./NJG 2 Hpt Käpt Quadrat KN
45
 
01.01.1945
20:07
Viermot
2./NJG 2 Hpt Käpt Quadrat ML
46
 
05.01.1945
19:19
Viermot
2./NJG 2 Hpt Käpt Quadrat FT
47
 
05.01.1945
19:29
Viermot
2./NJG 2 Hpt Käpt W Hannover
48
 
01.02.1945
19:46
Viermot
2./NJG 2 Hpt Käpt Koblenz
49
 
03.02.1945
19:31
Viermot
2./NJG 2 Hpt Käpt Quadrat LO
50
 
03.02.1945
19:51
Viermot
2./NJG 2 Hpt Käpt Quadrat KN
51
 
03.02.1945
19:56
Viermot
2./NJG 2 Hpt Käpt Quadrat KN
52
 
08.02.1945
0:21
Boston
2./NJG 2 Hpt Käpt Eindhoven
53
 
14.02.1945
22:03
Viermot
2./NJG 2 Hpt Käpt Quadrat PU
54
 
21.02.1945
20:46
Viermot
2./NJG 2 Hpt Käpt Quadrat IM
55
 
21.02.1945
20:56
Viermot
2./NJG 2 Hpt Käpt Quadrat KM
56
 
21.02.1945
21:06
Viermot
2./NJG 2 Hpt Käpt Quadrat LM
57
 
21.02.1945
21:12
Viermot
2./NJG 2 Hpt Käpt Quadrat LL
58
 
21.02.1945
21:13
Viermot
2./NJG 2 Hpt Käpt Quadrat LL
59
 
21.02.1945
21:19
Viermot
2./NJG 2 Hpt Käpt Quadrat LL
60
 
15.03.1945
20:50
Viermot
2./NJG 2 Hpt Käpt Quadrat LO
61
 
15.03.1945
20:53
Viermot
2./NJG 2 Hpt Käpt Quadrat LO
62
 
15.03.1945
21:26
Viermot
2./NJG 2 Hpt Käpt St Trond
63
 
15.03.1945
21:34
Mosquito
2./NJG 2 Hpt Käpt St Trond
64
 

 




 

 

 


Sources

http://www.ritterkreuztraeger-1939-45.de/Luftwaffe/rk-Luftwaffe-Namensliste.htm
http://www.geocities.com/~orion47/AWARDRECIPIENTS/AwardRecipients.html
http://www.das-ritterkreuz.de/index.php4
http://www.luftwaffe.cz
http://www.luftwaffe39-45.historia.nom.br/ases/ases.htm

http://membres.lycos.fr/asduciel/rokker.htm


 

 


Cieldegloire.com