DOUBLET Kléber
DOUBLET Kléber

 






 


Né le 22 février 1915
Décédé le 11 juin 1940 de blessures reçues au combat le 10

Sergent Chef

3 victoires homologuées
3 victoires en collaboration
1 victoire probable en collaboration





Grade Date
Unités
Arrivée Départ Fonction Secteur
Sgt
1936
 
Armée Air 1935 1936 Elève Pilote France
S/C
1939/40
 
BA Dijon 1936 193? Pilote France
     
5e GAA 193? 11/39 Pilote Bizerte
     
GC III/1 11/39 06/40 Pilote France


Kléber Doublet est né le 22 février 1915 à Ozoir -la-Ferrière, en Seine-et-Marne. En 1935, il entre à l'école des boursiers de pilotage de Bourges et obtient son brevet le 5 décembre suivant. Il est alors affecté comme Sergent sur la base de Dijon en 1936. Le 3 septembre 1939, lorsque la France déclare la guerre à l'Allemagne, il est pilote à la 2eme Escadrille du 5e GAA basé à Bizerte. L'unité vole alors sur les antiques Dewoitine D 510. Début octobre, les avions sont remplacés par des MS 406 mais le Groupe rejoint presque aussitôt la métropole, entre le 11 et le 13 novembre où il perçoit de nouveaux Morane neufs et reçoit sa nouvelle désignation de GC III/1. Après plusieurs stationnements divers au cours de la drôle de guerre, le GC III/1 se trouve à Norrens-Fontes lorsque les allemands déclenchent leur offensive à l'Ouest, le 10 mai 1940. Au cours de l'hiver, le Sergent Doublet a été promu Sergent-Chef.

 

CAMPAGNE DE FRANCE

 

10 mai 1940

À 4 h 00, un avion allemand identifié comme un Junkers 88 mitraille et bombarde le terrain de Norrent-Fontes, bientôt suivi de quatorze Heinkel 111 qui motivent le décollage immédiat de la patrouille d'alerte de la 2e Escadrille. Pendant que les autres poursuivent les He 111 et en abattent quatre [un avion du II./LG 1 et 3 des I et III./KG 27 en collaboration avec des Hurricanes du Squadron 85 de la RAF], Doublet se heurte à un Ju 88, peut-être le même revenu constater les résultats de l'attaque. Sous les rafales de Doublet il s'écrase à 5 h 20, près d'Hazebrouck. Après avoir quitté Norrent-Fontes pour Moerbecke en Belgique, puis Maldeghem aux Pays-Bas le 12 mai, le GC III/1 est rentré le 13 à Norrent, d'où il continue à couvrir les troupes alliées participant à l'opération "Dyle-Breda". Devant l'avance allemande, il se replie le 17 mai au Plessis-Belleville avec seulement dix-huit Morane. Il voisine sur ce terrain avec le GC II/2, qui n'a sauvé que douze avions sur les vingt-six qu'il possédait le 10 mai. Ces deux unités bien diminuées partageront les mêmes missions pendant quatre jours.

19 mai 1940

Mission de destruction Aulnoye - Le Quesnoy - Le Cateau - Guise, une patrouille double du GC III/1 plus une double du GC II/2, de 6 h 00 à 7 h 00 sur secteur. Les douze Français rencontrent une trentaine de Bf 109 et 110 au nord-est de Saint-Quentin. Dans le combat tournoyant qui s'ensuit le Sergent-Chef Doublet et l'adjudant Gagnaire tirent un Bf 109 de la JG 2 qui part en retournement apparemment incontrôlé. ll disparaît près du sol dans la brume mais sans que son écrasement soit constaté, et de ce fait restera seulement "probable ", partagé entre les deux pilotes.

20 mai 1940

 

 

Destruction Péronne - Ham. une patrouille triple du GC III/1 plus une double du GC II/2. 8 h 00 - 9 h 00 sur secteur Au retour six pilotes voient un Ju 88 qui bombarde en piqué Compiègne ; aussitôt le Sous-Lieutenant Abrioux, l'Adjudant Saussol et le sergent Durand l'attaquent en tenaille, causant le saut en parachute de quatre membres d'équipage. Comme le pilote du Ju 88 revient sur Compiègne, le Sergent-Chef Doublet le tire de très près de 3/4 arrière. Après un dernier virage à droite, le Junkers s'écrase vers 9 h 30 sur le terrain de football de Venene. ll est homologué à six pilotes du GC III/1 : les quatre déjà cités, plus le Capitaine de Mallmann et le Sergent-Chef Paulhan, et deux du GC I/1 : le Capitaine Coutaud et le Sergent-Chef Teillet qui ont prononcé leur attaque après les quatre évacuations en parachute. Ces derniers revendiquent un Dornier 17, avion monodérive, alors que ceux du GC III/1 évoquent un Junkers 88A-1, bi-dérive, du 3./KG 51.

Son potentiel étant tombé au plus bas (neuf avions et quatorze pilotes disponibles à l'aube du 22 mai), le GC III/1 reçoit de nombreux Morane. Ce renfort permet au groupe d'aligner deux patrouilles doubles - douze avions - pour les nombreuses protections de reconnaissance qui lui sont demandées. Le problème est que ce sont encore des Morane 406, qui ne peuvent suivre le Bloch 174 qu'ils sont censés protéger le matin du 25 mai...

 

MS 406 - GC III/1 - 1940

 

26 mai 1940


 

 

 

 

Protection de deux Potez 63-11 du GR II/33 en reconnaissance sur Compiègne - Bapaume - Péronne, décollage 7 h 30, deux patrouilles doubles (douze Morane) du GC III/1 et une haute (cinq Curtiss) du GC I/4. Le dispositif arrive à 8 h l5 à hauteur de Bapaume quand deux patrouilles d'une dizaine de Bf 109 se présentent, une de face, l'autre par la droite. Elles prennent de l'altitude et attaquent les Curtiss pendant que les Morane se mettent en cercle. Un combat se déroule à chacun des trois étages. Le GC III/1 obtient huit victoires ; pour leur part les six de la 2e escadrille en revendiquent six au prix de deux pilotes et trois avions perdus. Doublet a très vite perdu son chef de patrouille et son équipier, et seul, tire sur plusieurs Bf 109, sans résultat, jusqu'à ce qu'un imprudent, poursuivi par un autre Morane, effectue un retournement juste sous ses armes. Le résultat est immédiat : une courte rafale de Doublet et le Bf 109 va s'écraser au sud de Ligny - Thilloy. Après un virage, un second Bf 109 fait la même manceuvre que le premier, et va le rejoindre après de nouveau une seule rafale (Le 1./JG 21 perd 2 appareils avec 1 blessé et 1 prisonnier)

Le Sous-Lieutenant Abrioux a raconté la suite dans son compte-rendu : . ... Regroupement; nous nous comptons : plus que dix. ll y a deux manquants. À l'atterrissage nous verrons que ce sont de Mallmann et Saussol. Un coup d'oeil denière me permet d'apercevoir ou loin une vingtaine de Me 109 qui nous poursuivent. lls n'aniveront pas à nous rejoindre. Peu de temps après, je me trouve presque nez à nez avec un Henschel 126. Doublet le tire trois-quarts avant. Il effectue un retournement et pique ou sol. Je le tire dans la descente pendant que le Sergent-Chef le poursuit en rase-mottes. Il s'écrasera un peu plus loin." L'Allemand s'écrase près de Fricourt, homologué aux deux pilotes.

Le même jour le terrain du Plessis subit un violent bombardement qui réduit pratiquement à néant le potentiel du groupe. Plusieurs jours seront nécessaires à sa reconstitution. Le 1er juin le groupe possède 29 Morane mais à la veille de I'offensive allemande sur la Somme le 5, il doit rejoindre Valence pour faire face à une éventuelle attaque italienne. Le 6 juin le GC III/1 rejoint Nangis, en Seine-et-Marne, mais sans son échelon roulant qui parvenait à Valence au moment où les avions partaient ! Sans personnel mécanicien, les disponibilités sont donc réduites pour les missions sur la Somme qui commencent le 7.

8 juin 1940

Protection de deux Potez 63-11 du GR II/33 envoyés en reconnaissance sur Aumale, plusieurs patrouilles triples et doubles. Plusieurs pelotons de bombardiers rencontrés sont laissés, les Morane privilégiant la protection des Potez. Un Junkers 87 qui passe quand même trop près est attaqué et abattu par le Lieutenant Tariel, l'Adjudant Gagnaire et le Sergent-Chef Doublet, qui reloignent très vite le reste du dispositif. Trois Bf 109 semblant vouloir attaquer les Morane se mettent en cercle défensif trop longtemps au goût de certains, et tout le monde rentre sans plus d'incidents.

 

Le 10 juin 1940, le GC III/1 envoie à Connantre ses avions disponibles pour opérer avec les GC I/6 et GC II/9. Après une mission sur Rethel mettant en oeuvre 36 chasseurs, Doublet doit rester à Connantre; son avion étant en panne alors que les autres pilotes du Groupe rejoignent leur nouvelle base à Rozay-en-Brie . Vers 15 h 30, Connantre subit un raid de bombardiers et Doublet s'apprète à décoller quand des bombes s'abattent sur le terrain. Le MS 406 est détruit et son pilote grièvement blessé au poumon et aux deux jambes qui sont broyées. Evacué sur l'hôpital de Romilly, il y décède le lendemain.

 



 

NB : L'unité tactique de l'escadrille est la patrouille, laquelle peut-être organisée comme suit :

- Patrouille simple : 3 avions.
- Patrouille légère : 2 avions.
- Patrouille double : 6 avions (2 patrouilles simples).
- Patrouille double légère : 4 avions (2 patrouilles légères).
- Patrouille triple : 9 avions (3 patrouilles simples).
- Patrouille triple légère : 6 avions (3 patrouilles légères).

 

 


Traducteur / Translator / Traduttore / übersetzer / vertaler

 



Croix de guerre
 


 



 


Victoires aériennes

Victoires  
3
.
3
  Collaboration
Probables  
o
.
1
  Collaboration
Non confirmées  
o
.
o
  Collaboration
Endommagés  
o
.
o
  Collaboration

Objectifs terrestres
.
Avions détruits au sol  
-
.
-
  Endommagés au sol
Blindés  
-
.
-
  Véhicules
Locomotives  
-
.
-
  Bateaux

VICTOIRES
Date Heure Revendic Type Unité Avion d'arme Unité Lieu   Référence
10/05/40 Détruit Ju 88
MS 406 GC III/1 Hazebrouck (59)
1
(Sgt) Doublet Kleber
19/05/40 Probable Me 109
5./JG 27 MS 406 GC III/1 -
-
-
(Sgt) Doublet Kleber
(Adj) Gagnaire Edgar
20/05/40 09.30 Détruit Ju 88
MS 406 GC III/1 Compiègne (60)
3
-
2
-
3
-
(A/C) Saussol Roger
(Lt) De Mallmann
(Sgt) Doublet Kleber
(Lt) Abrioux
(Sgt) Durand Albert

(S/C) Paulhan
26/05/40 Détruit Me 109
MS 406 GC III/1 Bapaume (62)
3
(Sgt) Doublet Kleber
26/05/40 Détruit Me 109
MS 406 GC III/1 Bapaume (62)
4
(Sgt) Doublet Kleber
26/05/40 Détruit Fi 156
MS 406 GC III/1 Fricourt (80)
-
5
(Lt) Abrioux
(Sgt) Doublet Kleber
08/06/40 Détruit He 111
MS 406 GC III/1 Aumale (76)
-
6
6
4
(Lt) Tariel
(Adj) Gagnaire Edgar
(Sgt) Doublet Kleber
(Sgt) Durand Albert


Sources

Avions Hors Série numéro 20 : Les As français de 1939 - 1940 : Première partie d'Accart à Lefol
Avions Hors Série numéro 25 : Les As français de 1939 - 1940 : Seconde partie de Le Gloan à Williame

 

   




 

 

 

 

 

 


Cieldegloire.com