VERED Tzvika
VERED Tzvika


 


 



Date de naissance : ???
Prisonnier le 9 octobre 1973

 

 

Grade ???

3 victoires homologuées
1 victoire non confirmée

 


 






Grade Date
Unités
Arrivée Départ Fonction Secteur
??
??
Sq 117 ~ 1972 1973 ~ Pilote Moyen Orient

Après une année 1971 au cours de laquelle, pour la première fois depuis 1966, aucune victoire n'est remportée par les pilotes de Mirage III et plus généralement par l'IDF / AF, l'année 1972 voit les affrontements reprendre. Si aucun nouvel As n'émerge jusqu'en septembre 1973, sept pilotes remporteront en revanche leur première victoire (Ilan Auerbuch, Yoram Geva, Yuval Neeman, Tzvika Vered, Ran Meir, Eliezer Ye'eari, Amos Bar). Sur les 14 victoires remportées par les pilotes de Mirage III et de Nesher entre septembre 1972 et septembre 1973, 1 seule sera obtenue au canon, démontrant l'accroissement considérable de la fiabilité des missiles.

Le 21 novembre 1972, un combat typique de cette période permet à Yuval Neeman, alors premier adjoint du commandant du Squadron 117 et à son ailier Tzvika Vered de remporter leur première victoire. Les deux pilotes sont chargés d'escorter des Phantom en mission d'attaque au sol. Juste après que les F-4 aient largué leurs charges offensives, ils sont attaqués par des MiG 21. Les deux pilotes de Mirage volent alors à 20 000 pieds et perdent rapidement de l'altitude pour porter assistance aux "Kurnass" (F-4). Alors qu'il se rapproche par le biais d'un virage à droite, Vered tire un missile sur le premier appareil Syrien. Le pilote du deuxième MiG voit le missile arriver et rompt la formation ennemie, suivi par Neeman qui le prend en chasse. Pendant ce temps, le missile tiré par Vered atteint sa cible et le MiG explose sans que le pilote Syrien ne s'éjecte. Lorsque Neeman obtient sa victoire, il appelle très exité son ailier par radio pour se regrouper, ne s'étant même pas rendu compte que celui-ci l'avait accompagné tout au long du combat après avoir remporté sa propre victoire.

Appelant son père au téléphone l'après midi même, le père de Vered le félicite pour sa victoire dont il a eu connaissance par le biais de la radio. Surpris, Tzvika demande alors à son père comment sait-il que s'était précisemment lui qui était impliqué dans ce combat, la radio ne donnant pas ce type d'information. Son père lui répond alors " Que veux-tu dire, Mais c'est ton anniversaire aujourd'hui ! "

 

 

Le 7 octobre 1973, deuxième jour de la Guerre du Kippour, Elisha Peri et Tzvika Vered du Squadron 117 décollent sur alerte pour porter assistance à Avshalom Friedman et Daniel Shlaider (eux aussi du Squadron 117) qui sont aux prises avec 8 MiG 21 Syriens au-dessus du plateau du Golan. Au décollage, Vered note un dysfonctionnement de son alternateur rendant inopérant la moitié de ses systèmes parmi lesquels la postcombustion et le système de mise à feu des missiles. Afin de prendre de la vitesse, Vered a recours à un système auxiliaire pour faire fonctionner la post-combustion. Bien que ce système de secours soit suceptible d'endommager le moteur, l'urgence de la situation justifie le recours à cette procédure exceptionnelle tout comme le fait de partir au combat avec un appareil dont tous les systèmes ne sont pas 100% fonctionnels. Arrivant très vite sur zone, Vered sélectionne immédiatement une cible, sachant qu'il n'aura pas d'autre chance de remporter rapidement une victoire avec ses seuls canons. Il tire alors une très longue rafale à une distance de 1000 mètres et tire jusqu'à épuisement de ses munitions, parvenant à abattre l'un des MiG 21. Ne disposant plus d'obus et ne pouvant pas utiliser ses missiles, Vered donne alors l'ordre de rompre le combat. De leur côté Friedman et Shlaider parviennent à abattre respectivement 2 et 1 MiG 21, décimant ainsi la moitié de la formation Syrienne.

Ce même jour, les Nesher effectueront plusieurs missions d'attaque au sol et alors que le Squadron 144 opère uniquement dans le Sud, face aux Egyptiens, les Squadrons 101 et 113 opèrent quant à eux sur les deux fronts et revendiquent chacun une victoire (Eitan Karmi pour le Squadron 101 et Tavor David pour le Squadron 113). Les pilotes qui sont en alerte dans leurs appareils passeront cependant une grande partie de la journée à attendre dans leurs cockpit ou à courir après des avions fantômes, n'engageant le combat qu'en de rares occasions, soumettant les pilotes à un stress important.

Le 9 octobre 1973, au quatrième jour de la guerre, Dror Harish, pilote de réserve avec le Squadron 101 devient le 14eme As de l'IDF / AF en abattant 2 MiG 17 Syriens dans le Nord. Il est suivi par Ithamar Noiner qui, 3 jours plus tard, devient le 15eme As. Le lendemain, 13 octobre 1973, c'est au tour de Reuven Rozen d'atteindre le statut d'As, le 16eme de l'IDF / AF.

A cette même date du 13 octobre 1973, un autre pilote remporte sa première victoire . Ce jour là, Raanan Yosef, du Squadron 113, effectue une patrouille en compagnie d'Ilan Gonen lorsqu'il aperçoit des explosions. N'ayant reçu aucun ordre du contrôleur, les deux pilotes peuvent voir clairement les MiG 17 sur l'un desquels Yosef lache un missile, bientôt imité par Gonen. Le premier missile touche l'appareil de plein fouet et le second l'atteint alors que le MiG est dejà en feu. Yosef voit alors un second MiG qu'il prend en chasse. Arrivant trop vite, il cabre son appareil pour perdre de la vitesse. Le temps est nuageux et lorsqu'il repasse sous la couche nuageuse, il ne retrouve pas les MiG 17. Désormais au-dessus du territoire Syrien, Yosef décide de rebrousser chemin. Il entend alors à la radio la voix d'Avi Lanir et sera le dernier à l'entendre.

A ce stade de la guerre, 4 chasseurs Delta ont déjà été perdu dont 2 du fait de la DCA ou des SAM. La cinquième perte intervient juste après que Yosef ait remporté sa première victoire lorsqu'Avi Lanir, alors commandant du Squadron 101 est abattu par un SA-3 alors qu'il poursuit un appareil ennemi. Après la perte de Tzvika Vered, fait prisonnier en date du 9 octobre après avoir été abattu par un missile Sol/Air, le Commandant de la base de Ramat David, Ya'acov Agassi avait demandé à tous les pilotes du Squadron 117 de renoncer à poursuivre tout appareil ennemi s'engageant dans une zone abritant des sites de lancement de SAM répertoriés. Malheureusement, le 12 octobre, Amichai Rokeach sera lui aussi perdu dans les mêmes circonstances et fait prisonnier. Ainsi, le 13 octobre, Avi Lanir est le troisème pilote à être victime des batteries de missile et le premier à trouver la mort dans ces circonstances.

Immédiatement après cette perte, le commandant de l'IDF / AF interdira formellement à tous les pilotes de chasse de se lancer à la poursuite d'un appareil au-delà de la ligne de front considérant que les risques liés à de telles poursuites étaient supérieurs aux bénéfices attendus. Au moment de la perte de Lanir, Reuven Rozen est quant à lui sanglé dans son cockpit et attend le déclenchement de l'alarme pour décoller, sans rien savoir du drame qui vient de se jouer et des nouvelles directives qui viennent d'être annoncées. Après avoir décollé, il découvre deux Su 20 mais le contrôleur lui annonce par erreur qu'il s'agit d'appareils Israéliens. Le temps de se rendre compte de la bévue et les deux appareils filent déjà à toute vitesse au ras du sol, privant Reuven d'une victoire rapide et facile. Poursuivant les deux appareils, il tire un missile qui explose mais ne parvient pas à détruire le Sukhoi visé. Ayant pénétré en territoire Syrien, la DCA se déchaîne et les missiles SAM fusent de toute part. Reuven ignore ces tirs qui atteignent finalement le Su 20 au lieu de toucher son Nesher. Le contrôleur avise ses supérieurs du déroulement du combat et c'est alors que l'Etat-Major demande au contrôleur de rappeler immédiatement Reuven. Trop concentré sur son vol à très basse altitude et très haute vitesse à la poursuite d'un ennemi en terrain hostile, Reuven ne répond pas aux appels du contrôleur. Les deux appareils volent alors trop bas pour que Reuven parvienne à tirer. Survolant d'un coup une petite dépression de terrain, Reuven profite de l'occasion et lache une rafale qui fait exploser le Sukhoi, lui permettant ainsi de remporter sa cinquième victoire. Disposant de suffisamment de carburant, Reuven revient à sa base en contournant le Golan. Lorsqu'il atterrit à sa base, il se voit interdit de vol sur ordre du Commandant en chef de l'IDF / AF pour n'avoir pas respecté un ordre direct. Le soir même, Amos Lapidot, commandant de la base d'Hatzor défendra la cause de Reuven auprès du Major General Beni Peled et parviendra à faire lever l'interdiction de vol.




 



Mirage IIICJ - "Shahak 64" du Squadron 117 en octobre 1973

 





VERED Tzvika



Campagne de 1967
Guerre d'Attrition

 


Victoires aériennes

Victoires  
3
.
o
  Collaboration
Non Confirmée  
1
.
o
  Collaboration
Probables  
o
.
o
  Collaboration
Endommagés  
o
.
o
  Collaboration

Objectifs terrestres
.
Avions détruits au sol  
-
.
-
  Endommagés au sol
Blindés  
-
.
-
  Véhicules
Locomotives  
-
.
-
  Bateaux

 


LISTE des VICTOIRES
Date Heure Revendic Type Pays Avion Numéro Arme Unité Lieu   Référence
09.11.72   NC * MiG 21
SAF
Mirage IIICJ Shahak - Sq 117  
-
(-) Vered Tzvika
21.11.72   Détruit MiG 21
SAF
Mirage IIICJ Shahak 79 Shafrir 2 Sq 117  
1
(-) Vered Tzvika
07.10.73   Détruit MiG 21
SAF
Mirage IIICJ Shahak 07 Canon Sq 117  
2
(-) Vered Tzvika
09.10.73   Détruit Mi 8
SAF
Mirage IIICJ Shahak 79 Canon Sq 117  
3
(-) Vered Tzvika

 

* NC : Non Confirmée Victoire non officielle !?

 



Sources

Israeli Fighter Aces - The definitive History - Peter B Mersky
Arab-Israeli Air Wars 1967-82 / Osprey AVIATION - Men & Legend
Arab-Israeli Air Wars 1947-82 / Shlomo Aloni / Osprey Combat Aircraft numéro 23
Israeli F-4 Phantom II Aces / Shlomo Aloni / Osprey Aircraft of the Aces numéro 60
Israeli Mirage and Nesher Aces / Shlomo Aloni / Osprey Aircraft of the Aces numéro 59
Camouflage & Markings - The Israeli Air Force Part 1 / 1948 - 1967
Camouflage & Markings - The Israeli Air Force Part 2 / 1967 - 2001
http://math.fce.vutbr.cz/safarik/ACES/aces1/israel.html
http://www.zahal.org/
http://encycl.opentopia.com/term/Israeli_Air_Force






Ciel de Gloire