OZORES OCHOA Ruy "El Baron"
OZORES OCHOA Ruy "El Baron"

 

 

 


 

 

Né le ????
Décédé le ????

 

 

Lieutenant

Aucune victoire

 


 

 


 


Grade Date
Unités
Arrivée Départ Fonction Secteur
Asp
19??
FA Nat 193? 1942 Pilote Espagne
Slt
19??
Luftwaffe 1942 1942 Conversion France - Allemagne
Lt
19??
15./JG 51 - 3a Esc Fin 42 Eté 43 Pilote Front de l'Est
   
15./JG 51 - 4a Esc Eté 43 1943 Pilote Front de l'Est
   
FA Nat 1943 1945 Pilote Espagne

En août 1942, les personnels destinés à constituer la 3eme Escuadrulla Azul commencent à se réunir en vue de débuter l'entrainement en Espagne sous la conduite de vétérans de la 1ere Escuadrulla Azul (Lt Lacourt, Lt Garcia et Cpt Ibarreche). Au terme de l'entrainement, les pilotes espagnols transitent par St Jean d'Angley, en France, pour y reprendre l'entrainement sous la responsabilité d'instructeurs allemands avant de prononcer leur serment de fidélité au Führer le 11 novembre 1942. C'est à partir du 1er décembre que les pilotes prennent officiellement leur quartier sur le terrain d'Orel sous la responsabilité du Commandant Ferrandiz Arjonilla en tant que 15./JG 51, tout comme la 2eme Escadrulla. Le Lieutenant Ozores Ochoa est affecté à la 3eme Patrouille, n'arrivant à Orel que le 17 février 1943, la relève de la 2eme Escadrulla s'étant fait par tiers.

 

3e Escuadrilla Azul

 

A l'été 1943, le Lieutenant Ozores Ochoa est réaffecté pour quelques temps à la 4eme Escadrille qui vient d'arriver sur le front de l'Est.

Le 6 juillet, le temps magnifique permet de réaliser de nombreuses missions. Le Lt Lorenzo Lucas Fernandez (n° 20) et son ailier, le Lt Pedro Lacalle Orellana (n° 14) décollent pour une mission de chasse libre. Peu après le décollage, le Lt Lucas remarque de la fumée s'échappant de l'avion de son ailier. Il lui demande alors par radio de retourner à la base mais alors que ce dernier s'exécute, le moteur cale brutalement. Volant alors à une altitude de 1000 m, il décide de tenter un atterrissage forcé qui s'avère difficile endommageant gravement le Fw 190. Le Lt Pedro Lacalle est pour sa part touché aux cervicales, entrainant une interdiction de vol et un rapatriement vers l'Espagne.

 

   

 

Dans le secteur de Spas-Demensk, ce même jour, le Capitaine Gavilan et son ailier, le Lt Manuel Sanchez-Tabernero effectuent aussi une mission de chasse libre. Le commandant annonce alors l'approche d'appareil ennemis volants vers eux et se lance à l'attaque, plein gaz, laissant derrière lui son ailier dont c'est la première mission de guerre. Voyant des appareils voler derrière lui et plus bas, il se croit suivi par des chasseurs soviétiques et se lance dans des manoeuvres évasives à grande vitesse avant de se rendre compte de sa méprise, les ennemis n'étant autres que des Fw 190 Espagnols ! Alors qu'il lance un appel radio pour tenter de reformer la patrouille avec son chef, son voyant de carburant s'allule. Reconnaissant le secteur comme allié, il décide de larguer sa verrière et de se poser en rase campagne, train rentré. L'appareil n'est que peu endommagé et le pilote sera récupéré le lendemain par un Fi 156 piloté par le Cpt José Llaca.

 

 

Le même jour, la 3e Escuadrilla entame son voyage de retour vers l'Espagne. Quelques pilotes de l'unité restent sur le front russe et intègrent la 4e Escuadrilla. Il s'agit des Lt Ruy Ozores Ochoa, Vicente Aldecoa Lecanda, Javier Maria Guibert Amor et Bernardo Meneses Orozco.

Le 7 juillet 1943, le 4e Escuadrilla remporte sa première victoire sur le front de l'Est. Vers 18 h, une patrouille décolle pour assurer la protection d'un Fw 189 chargé de mener une reconnaissance photo sur des aérodromes soviétiques. Alors qu'ils se dirigent vers l'objectif, les pilotes espagnoles aperçoivent le Fw 189 qui largue ses bombes et pique vers le sol, trahissant la présence de chasseurs ennemis arrivant de la gauche, dans le soleil. Masqué par ce même soleil, l'appareil de l'Aspirant José Mateos Recio échappe à l'attaque des 7 à 8 LaGG 5 qui se lancent à l'assaut du Lt Lucas. Profitant de cette impunité très temporaire, Mateos laisse passer les chasseurs russes et se place dans le sillage du dernier tirant à bout portant avec toutes ses armes. L'appareil russe explose à si courte distance que le pilote espagnol reçoit des projections d'huile sur le pare brise. En virant sur la gauche pour retrouver son chef, Mateos aperçoit un parachute. Craignant qu'il s'agisse de son chef, il lance un appel à la radio avant d'entendre la voix de ce dernier lui indiquer qu'il se trouvait plus haut sur sa droite. Sans demander leur reste les deux pilotes regagnent leur terrain sur lequel ils se posent après avoir effectué un tonneau de victoire. A peine sorti de l'appareil, le pilote est porté en triomphe par ses camarades.

Devant l'étendue du secteur à couvrir, la zone d'actions allant de Yaratsevo à Koursk, plusieurs pilotes sont détachés sur le terrain de Bryansk où il s séjourneront du 12 au 21 juillet 1943. Sont concernés le Capitaine Ruy Ozores Ochoa (récemment promu !), les Lt Francisco Valiente Zarraga, Damaso Arango ainsi que l'Asp José Mateos qui sont accompagnés d'un vétéran de la 3e Escuadrilla, le Lt Bernardo Meneses.

 

   

 

Si la seconde moitié du mois d'août 1943 permet d'ajouter 25 victoires confirmées au tableau de chasse de la 4eme Escuadrilla, l'unité paye aussi un lourd tribut en perdant 2 pilotes tués au combat et un troisième gravement blessé. Le 12 août, les deux premières patrouilles décollent dès 4 h 45. Elles sont composées du Capitaine Ozores et du Lt Valiente d'une part et du Lt Sanchez-Tabernero et de l'Asp Aldecoa d'autre part. Les pilotes espagnols doivent protéger une formation de He 111 chargée de bombarder le secteur de Kirov. En chemin, le combat s'engage entre Ozores et Valiente et une paire de LaGG 5. Valiente parvient à se placer dans la queue d'un chasseur russe mais il est lui même poursuivi par le second chasseur russe alors qu'Ozores ferme la marche en coiffant le second chasseur russe. Le risque d'être lui-même abattu grandissant au fil des secondes, Valiente décide de fausser compagnie à son poursuivant, non sans mal. Déçu de n'avoir pu tirer son LaGG, il décide de retourner sur la zone de combat avec la bonne surprise de retrouver le chasseur russe auquel il ne laisse cette fois-ci aucune chance. Le pilote soviétique parvient toutefois à sauter en parachute. De son côté, l'autre patrouille parvient à abattre deux La 5, un pour le Lt Sanchez-Tabernero et l'autre pour l'Asp Aldecoa.

 

 

Plus tard dans la matinée, à 6 h 35, le Cpt José Llaca et le Lt Lucas décollent pour escorter un Fw 189 charger de photographier les dégâts occasionnés par l'attaque des He 111. Des LaGG 3 tentent d'intercepter l'appareil de reconnaissance mais les chasseurs espagnols s'interposent et le Cpt José Llaca abat l'un des appareils. Mais le combat le plus dur de la journée concerne les Lieutenants Lucas, Escalante et Vigueras Murube. Alors qu'elle vole sous la couche nuageuse, la formation espagnole aperçoit un appareil de reconnaissance allemand qui pique vers le sol, laissant supposé qu'il est poursuivi par des chasseurs soviétiques. Le Lt Lucas qui commande la formation prend alors de l'altitude et traverse les nuages afin d'intercepter les appareils russes tout en profitant du soleil pour se cacher. Se plaçant au-dessus des appareils russes, il donne l'ordre d'attaquer et reste lui-même en couverture. Le Lt Escalante prend en chasse un LaGG que lequel il tire tout en se rapprochant rapidement. Après l'avoir dépassé, il tire sur le manche pour se remettre en position d'attaque. C'est alors qu'une explosion survient entre ces jambes provoquant un début d'incendie qui vient lécher sa combinaison de vol. Sans attendre, le pilote largue sa verrière et saute en parachute. Alors qu'il descend vers le sol, il est pris pour cible par le chasseur soviétique. Sans autre moyen de se défendre que son pistolet, il ne parvient toutefois pas à l'utiliser en raison de graves brûlures aux mains. Alors que sa combinaison de vol continue à brûler il fait semblant d'être mort afin de faire cesser l'attaque du chasseur russe, devant attendre d'atteindre le sol pour éteindre les flammes qui dans la chute ont agravé ses brûlures. Pris pour cible par des soldats allemands qui le prennent pour un pilote russe, il est finalement pris en charge et évacué avec d'autres soldats blessés. Lorsqu'il regagne son unité, rares sont les camarades du Lt Escalante qui pensent le revoir un jour reprendre sa place dans l'Escuadrilla. Pris en charge par le médecin de l'unité, le Capitaine Lopez Coterilla, il sera remis sur pied mais sera cependant maintenu au sol pour le reste des opérations.

Dans le même temps, le Ju 52 de liaison de l'unité se pose sur le terrain avec à son bord le Cpt Alvaro Borras Marimon, les Lt Salvador Serra Alorda, Enrique Pareja Nuñez et José Cavanilles ainsi que les Asp Luis Chicharro Lamamié de Clairac, Luis Estébanez Vela et José Recasens Garriga qui forment le troisième et dernier contingent de la 4eme Escuadrilla.

 

   

 


Traducteur / Translator / Traduttore / übersetzer / vertaler

 

 

DECORATIONS
EK 2
EK 1

 


 

 

 

        

 




 

Date Heure Type Avion Unité Grade Fonction Lieu   Remarque
URSS

 




 

 

 


Sources

http://www.adlertag.de/blaueStaffeln/index.htm
Ciel de Guerre numéro 18 / Juillet août septembre 2010 - Les Espagnols de la Luftwaffe
Ciel de Guerre numéro 19 / Février mars avril 2011 - Les Espagnols de la Luftwaffe


 

 


Cieldegloire.com