GAUTHIER Gabriel
GAUTHIER Gabriel

 





 


Né le 12 septembre 1916
Décédé le 3 mars 1996 (80 ans)

 

 

Capitaine

3 victoires homologuées
7 victoires en collaboration
3 victoires probables



 


Grade Date
Unités
Arrivée Départ Fonction Secteur
Slt
1938
 
Armée Air 1937 1939 Elève Pilote France
Lt
09/40
 
GC II/7 1939 06/40 Pilote France
Cpt
194?
 
Hospitalisé 06/40 06/41 Pilote France
     
GC II/7 06/41 03/43 Pilote AFN
     
GC 2/7 "Nice" 23/03/43 09/43 Chef Escadrille AFN
     
GC 2/7 "Nice" 09/43 02/45 Chef Escadrille Corse. Sud France
     
GC 2/7 "Nice" 02/45 05/45 Commandant France


Gabriel Gauthier sort de l’école de l’Air en 1938 avec le grade de sous-lieutenant. Il termine sa carrière en décembre 1972 avec le grade de général d’armée aérienne et chef d’état-major de l’armée de l’Air. Entre ces deux dates, quelque 6 000 heures de vol, dont 500 de guerre, 13 citations ainsi que 11 victoires confirmées et 3 probables.Fils de chirurgien lyonnais, né le 12 septembre 1916, Gabriel Gauthier rejoint le GC II/7 après son stage de chasse à Romilly.

Lorsque débute la "drôle de guerre", il est sur la brèche avec son groupe, basé à Luxeuil.

 

MS 406 - GC II/7 - 1940

 

CAMPAGNE DE FRANCE

 

22
novembre
1939

Au cours d'une mission de protection d'un appareil de reconnaissance, une patrouille double surprend à 12 h 15 un Dornier Do 17P isolé de la 4.(F)/121 à la verticale de Mooswald. Dans un premier temps, l'Adjudant Chef Valentin (MS 406 n° 84), le Sous-Lieutenant Gauthier et le Sgt Lamblin (MS 406 n° 80) effectuent une passe par l'arrière. ils mènent ensuite une seconde attaque, rejoints par le Sous-Lieutenant Gruyelle. Le bimoteur qui crache de la fumée parvient à traverser la frontière mais l'annonce à la radio, le lendemain, de la chute de l'appareil près de Fribourg suite à l'attaque de plusieurs Morane permet de confirmer la vitoire qui est la première du GC II/7.

 

GC II/7 à Luxeuil en septembre 1939 : de G à droite debout : Sgt Sonntag, A/C Valentin, Slt Gruyelle, Cpt Papin-labazordiere, Slt Gabriel Gauthier, Sgt Doudies, Sgt Panhard - Accroupis - Sgt Haberkorn, Sgt Grimaud, Sgt Passemard, S/C Longuesserre, Sgt de Fraville

 

21
décembre
1939

Le 21 décembre 1939, le GC II/7 est chargé d'assurer la protection d'un Potez 63-11 de reconnaissance du GR I/55 qui doit survoler le secteur de Karlsruhe / Aix-la-Chapelle. Douze appareils sont affectés à cette opération. Dans le secteur de Karlsruhe, les pilotes français rencontrent une douzaine de Me 109 du I./JG 54, conduits par le Major Hans-Jürgen Von Cramon, dont la moitié s'en prennent aux chasseurs et l'autre moitié à l'appareil de reconnaissance. Le combat qui s'engage permet aux chasseurs français de revendiquer 2 victoires confirmées attribuées au Sous-Lieutenant Gauthier (MS 406 n° 91) et au Sergent-Chef Panhard (MS 406 n° 93) ainsi qu'une victoire probable pour le Sergent Chef De Fraville. En contrepartie, les français perdent deux appareils et ont un blessé. Troué de toutes part, le MS 406 du Sergent-Chef Panhard est bon pour la réforme à son retour au terrain. Quant au Sous-Lieutenant Gauthier, blessé grièvement à la tête, saigne abondamment, il perd conscience et ne recouvre ses sens qu’à cent mètres du sol. Il parvient à redresser son appareil et se pose en rase campagne près d’Artzenheim (Nord de Colmar).

Du côté allemand, le Major Hans-Jürgen Von Cramon revendique 2 victoires sur les Morane dont 1 seule lui sera attribuée. Du point de vue des pertes, 1 appareil est perdu (Hpt Richard Paulitsch, Staffelkapitän du 2./JG 54 qui saute en parachute, blessé), 3 autres appareils étant endommagés à au moins 10%.

 

Dewoitine 520 - GC II/7 - Sidi Ahmed (Tunisie), octobre 1942

 

Pour Gabriel Gauthier, la Campagne de France est terminée et il ne retrouve le GC II/7 à Bizerte qu’un an plus tard.

 



 

Son unité vole sur D.520 et s’installe dans une longue période d’inactivité. Gauthier est nommé lieutenant en septembre 1940. Puis, les Alliés débarquent en novembre 1942 et l’Afrique du nord revient dans le giron des Alliés.Ceux-ci réarment l’aviation française. En mars 1943, le GC 2/7 "Nice", sous les ordres du Commandant Adam, reçoit ses premiers Spitfire V. Gauthier est officiellement nommé commandant de la 4eme Escadrille le 23 mars 1943. Le 17 septembre 1943, le GC 2/7 "Nice" se pose à Ajaccio pour participer à la libération de la Corse. Les conditions de vie sont pénibles, mais les Allemands cèdent du terrain.

1943


Le 30 septembre, tous les Spit décollent sur alerte vers 17 h 00. Des appareils ennemis sont signalés en train de bombarder le port d’Ajaccio. Il s’agit de dix Do 217E et d’un Ju.88 du Il./KG 100, basé à Istres. Les Français revendiquent quatre Do 217 sûrs et un probable. Gabriel Gauthier revient avec une victoire confirmée.

Un mois plus tard, le 30 octobre, il participe à la destruction d'un Ju 88 au large d'Ajaccio avec 5 autres pilotes : (Slt) Fouchier, (Slt) Valentin Georges, (Cpt) Jeandet, (A/C) Deniau André, (Adj) Boillot Pierre

 

La Corse libérée, le GC 2/7 "Nice", participe à la couverture aérienne de la Méditerranée ; en août 1944, il prend une part active aux débarquements en Provence. Le 3 septembre, les pilotes foulent la terre de France. Le groupe stationne au Vallon.

Le 15 septembre, touché par la flak lors d’une mission aux environs de Dijon, Gabriel Gauthier doit se poser train rentré près d’Arcey, dans les lignes ennemies. L’atterrissage est mouvementé. Les ailes se détachent et la carlingue prend feu. Le pilote s’en tire miraculeusement : n’ayant pas attaché son harnais, il est éjecté de la cabine. Un peu "sonné", il est ramené à la réalité par les balles allemandes. Il se cache dans un bois voisin et est recueilli par les F.F.I. Il parvient à passer en Suisse et rejoint son groupe en décembre.

 

Spitfire V - GC II/7 "Nice" - 8 mai 1945

 

24
décembre
1944

De durs combats attendent encore les pilotes du GC 2/7 "Nice". Notamment le 24 décembre 1944, lorsque douze Spitfire emmenés par Gauthier se heurtent près de Bondorf à une trentaine de Bf 109G du IV./JG 53 et de Fw.190. Le combat est rude et quatre Allemands vont au tapis. Gauthier revient avec deux 109 de plus, dont un partagé avec deux de ses ailiers ; (Slt) Boillot Pierre et (Slt) De Balmain.

RECIT :

Douze Spitfire IX du GC 2/7 "Nice" décollent de la base de Luxeuil pour assurer l'escorte d'une quinzaine de bombardier ayant pour objectif la gare de Tuttlingen. Ce sont des équipages français qui opèrent à bord de B-26 Marauder, six appareils appartiennent au GBM 2/52 Franche-Comté. À hauteur de la Forêt Noire, le chef du dispositif raccompagne un de ses pilotes qui a des ennuis mécaniques, laissant le commandement au Cpt Gauthier. En début de mission, un autre pilote avait dû aussi abandonner ayant une panne radio. Alertés par le contrôle au sol vers 13 h 20 de la présence d'avions suspects, les Français redoublent de vigilance. Une trentaine de chasseurs allemands ne tardent pas à apparaître et commencent à manœuvrer autour des bombardiers qui évoluent à 5000m.

Quatre Bf 109 se présentent vers les patrouilles Gauthier et Boillot, puis foncent au nord en léger piqué. Gauthier en rattrape un, et à 300m, lui lâche une giclée qui fait mouche. Atteint au moteur, le pilote allemand abandonne son appareil et se parachute. Gauthier aperçoit ensuite trois Spit aux prises avec un autre 109. Le sous-lieutenant Boillot l'avait touché à plusieurs reprises. Gauthier arriva dans la mêlée et le tirait à son tour. Il fut finalement achevé par le Slt De Balmain et l'appareil alla s'écraser près de Rottweil.

Au début de l'engagement, le Cpt Leborgne et le Sergent Carrier faisaient face à l'agression d'un groupe de Fw 190. Après un court combat tournoyant, les deux Français se retrouvent derrière le même Focke Wulf et l'envoient s'écraser près de Fribourg. Le pilote s'éjecte en parachute. La patrouille du lieutenant de vaisseau Vilbert croisait également les Fw 190. En sortie de virage, l'un d'eux cabrait et offrait ainsi son flanc aux rafales de Vilbert. Le pilote emprisonné dans son chasseur alla percuter aux environs de Fribourg.

Tous les pilotes rentrèrent à la base, sauf le lieutenant Doillon, qui fut abattu à 10 Km au NO de Rottweil sans que ses coéquipiers ne s'en aperçoivent. À l'atterrissage, le Sgt Carrier mis son Spitfire IX (BS344) en pylône, à cause d'une crevaison. Un appareil du GBM 2/52 fut atteint par la Flak, il est contraint à un atterrissage forcé à l'Isle-sur-le-Doubs (en Franche-Comté !), trois membres de l'équipage sont morts.

 

1944/45


Le 9 février, il obtient une nouvelle victoire en collaboration dans les environs de Fribourg en compagnie du Capitaine Motte (dit Remy).

Le 27 février, il abat en compagnie de 3 autres pilotes un Me 109 près de Horb : (Lt) Prunget (C/C) Sire (Sgt) Roussel.

Le 14 avril 1945 voit le dernier combat du GC 2/7 "Nice". Gauthier, épaulé par quatre autres équipiers ((Lt) Amarger (Asp) Criqui, (Sgt) Roussel, (Sgt) Plataret) , revendique un 109 confirmé au-dessus d’Erbach.

 

La guerre s’achève. Gabriel Gauthier part en stage aux Etats-Unis. Commandant en 1946, il passe tour à tour en état-major, au 31 bureau, à la 6, escadre à Rabat, à l’école de Meknès. En mars 1950, il commande la 21 escadre de Dijon et met sur pied la Patrouille de France. Rappelé en 1956, il emmène la 31 escadre lors des opérations de Suez. Général en décembre 1960, il entre à l’état-major particulier du général de Gaulle. Le 13 décembre 1969, il est nommé chef d’état-major de l’armée de l’Air. Il prend sa retraite du personnel navigant en décembre 1972.

 


 

NB : L'unité tactique de l'escadrille est la patrouille, laquelle peut-être organisée comme suit :

- Patrouille simple : 3 avions.
- Patrouille légère : 2 avions.
- Patrouille double : 6 avions (2 patrouilles simples).
- Patrouille double légère : 4 avions (2 patrouilles légères).
- Patrouille triple : 9 avions (3 patrouilles simples).
- Patrouille triple légère : 6 avions (3 patrouilles légères).

 

 


Traducteur / Translator / Traduttore / übersetzer / vertaler

 


 


Grand Croix de la Légion d'Honneur


 


 



 


Victoires aériennes

Victoires  
3
.
7
  Collaboration
Probables  
o
.
o
  Collaboration
Non confirmées  
o
.
o
  Collaboration
Endommagés  
o
.
o
  Collaboration

Objectifs terrestres
.
Avions détruits au sol  
-
.
-
  Endommagés au sol
Blindés  
-
.
-
  Véhicules
Locomotives  
-
.
-
  Bateaux

VICTOIRES
Date Heure Revendic Type Unité Avion d'arme Unité Lieu   Référence
22/11/39 12.15 Détruit Do 17P
4(F)./121 MS 406 GC II/7 Mooswald
1
1
1
1
(A/C) Valentin Georges
(Slt) Gauthier Gabriel
(Slt) Gruyelle Michel
(Sgt) Lamblin Jacques
21/12/39 Détruit Me 109E
I./JG 54 MS 406 GC II/7 Sponeck
2
(Slt) Gauthier Gabriel
30/09/43 Détruit Do 217
II./KG 100 Spitfire Mk V GC II/7 Ajaccio
3
(Cpt) Gauthier Gabriel
10/10/43 Détruit Ju 88
Spitfire Mk V GC II/7 Ajaccio
4
8
(Cpt) Gauthier Gabriel
(Adj) Boillot Pierre
30/10/43 Détruit Ju 88
  Spitfire Mk V GC II/7 Ajaccio
5
-
11
-
-
9
(Cpt) Gauthier Gabriel
(Slt) Fouchier
(Slt) Valentin Georges
(Cpt) Jeandet
(A/C) Deniau André
(Adj) Boillot Pierre
24/12/44 Détruit Me 109
Spit IX / VIII GC II/7 Rottweil
6
(Cpt) Gauthier Gabriel
24/12/44 Détruit Me 109
Spit IX / VIII GC II/7 Rottweil
12
-
7
(Slt) Boillot Pierre
(Slt) De Balmain
(Cpt) Gauthier Gabriel
09/02/45 Détruit Me 109
Spit IX / VIII GC II/7 Fribourg
8
-
(Cpt) Gauthier Gabriel
(Cpt) Motte (dit Rémy)
27/02/45 Détruit Me 109
Spit IX / VIII GC II/7 Horb
9
-
-
-
(Cpt) Gauthier Gabriel
(Lt) Prunget
(C/C) Sire
(Sgt) Roussel
14/04/45 Détruit Me 109
Spit IX / VIII GC II/7 Erbach
10
-
-
-
-
(Cpt) Gauthier Gabriel
(Lt) Amarger
(Asp) Criqui
(Sgt) Roussel
(Sgt) Plataret



Sources

Avions Hors Série numéro 20 : Les As français de 1939 - 1940 : Première partie d'Accart à Lefol
Avions Hors Série numéro 25 : Les As français de 1939 - 1940 : Seconde partie de Le Gloan à Williame
http://www.histoiredumonde.net/article.php3?id_article=737
http://aerostories.free.fr/pil_cha_fr/gege/
pagesperso-orange.fr/frenchaces/as/pilotes/gauthier.html
http://www.ba112.air.defense.gouv.fr/index.php?option=com_content&task=view&id=303

 

   




 

 

 

 

 

 


Cieldegloire.com