LUCAS FERNANDEZ Lorenzo
LUCAS FERNANDEZ Lorenzo

 


 

 


 

 

Né le ????
Décédé le ????

 

 

 

 

Lieutenant

6 victoires

 


 

 


 


Grade Date
Unités
Arrivée Départ Fonction Secteur
Asp
19??
FA Nat 193? 1943 Pilote Espagne
Slt
19??
Luftwaffe 1943 1943 Conversion France - Allemagne
Lt
19??
15./JG 51 - 4a Esc Eté 43 1/44 Pilote Front de l'Est
   
FA Nat 1944 1945 Pilote Espagne

Dès que la formation de la Cuadra Escuadrilla Azul est décidée, début 1943, son commandement est confiée au Commandant Mariano Cuadra Medina, un vétéran de la guerre d'Espagne qui a effectué de nombreuses missions d'attaque au sol au cours de ce conflit). Dès sa nomination entérinée, il se met en quette des pilotes qui vont former sa 4eme Escadrille. L'aérodrome désigné pour l'entrainement des pilotes est celui d'Alcala de Henares où les premiers pilotes arrivent le 1 avril 1943. Il s'agit du capitaine Felipe Galarza Sanchez, des lieutenants Gerardo Escalante de la Lastra, Francisco Valiente Zarraga, Lorenzo Lucas Gonzales-Peña et l'Aspirant José Mateos Recio. Quant au reste du personnel naviguant, il arrivera au cours des jours suivants.

Après un entrainement classique, la première patrouille part pour la France le 14 mai. Elle rejoint le terrain de Colomiers, près de Toulouse, base sur laquelle se trouvent des Fw 190, appareils sur lesquels les espagnols vont devoir combattre sur le front de l'Est. Pour les aider, la Luftwaffe affecte l'Hpt Walther Stengel, un vétéran de la JG 51, pour superviser l'entrainement. De son côté, la 3eme Escuadrilla détache le Lieutenant Ramon Luca de Tena dont le rôle est de transmettre les fruits de son expérience du front.

Le 16 mai, les pilotes font le serment de fidélité au Führer pour la Campagne de l'Est, sous la présidence du Major Hermann Graf. L'entrainement terminé, les pilotes espagnols embarquent le 6 juin à bord d'un Ju 52 en direction de Berlin, avant de rejoindre Seshinskaya le 15 juin. Au même moment, d'autres pilotes quittent Alcala de Henares pour rejoindre Toulouse afin d'y suivre le même entrainement, sous les ordres du Commandant Mariano Cuadra lui même. Il s'agit du Capitaine José Llaca Alvarez, des Lieutenants Manuel Sanchez-Tabernero, Diego Vigueras Murube, Damaso Arango Lopez et Pedro Lacalle Orellana, et de l'Aspirant Eduardo Garcia Amigo. Ces pilotes sont accompagnés de l'aumônier, le Capitaine Gonzalo de los Rios et du Lieutenant de troupe Julio Perez Caballero. Ils rejoignent leurs collègues le 4 juillet après une courte halte par Berlin.

 

4e Escuadrilla

 

Le lendemain, 5 juillet 1943, au moment même ou débute la bataille de Koursk, les Commandants Ferrandiz et Cuadra effectuent leur passation de pouvoir. Le jour même, au cours du premier engagement de la 4eme Escuadrille, le Commandant Cuadra reçoit deux impacts sans conséquence sur son appareil.

Le 6 juillet, le temps magnifique permet de réaliser de nombreuses missions. Le Lt Lorenzo Lucas Fernandez (n° 20) et son ailier, le Lt Pedro Lacalle Orellana (n° 14) décollent pour une mission de chasse libre. Peu après le décollage, le Lt Lucas remarque de la fumée s'échappant de l'avion de son ailier. Il lui demande alors par radio de retourner à la base mais alors que ce dernier s'exécute, le moteur cale brutalement. Volant alors à une altitude de 1000 m, il décide de tenter un atterrissage forcé qui s'avère difficile endommageant gravement le Fw 190. Le Lt Pedro Lacalle est pour sa part touché aux cervicales, entrainant une interdiction de vol et un rapatriement vers l'Espagne.

Dans le secteur de Spas-Demensk, ce même jour, le Capitaine Gavilan et son ailier, le Lt Manuel Sanchez-Tabernero effectuent aussi une mission de chasse libre. Le commandant annonce alors l'approche d'appareil ennemis volants vers eux et se lance à l'attaque, plein gaz, laissant derrière lui son ailier dont c'est la première mission de guerre. Voyant des appareils voler derrière lui et plus bas, il se croit suivi par des chasseurs soviétiques et se lance dans des manoeuvres évasives à grande vitesse avant de se rendre compte de sa méprise, les ennemis n'étant autres que des Fw 190 Espagnols ! Alors qu'il lance un appel radio pour tenter de reformer la patrouille avec son chef, son voyant de carburant s'allule. Reconnaissant le secteur comme allié, il décide de larguer sa verrière et de se poser en rase campagne, train rentré. L'appareil n'est que peu endommagé et le pilote sera récupéré le lendemain par un Fi 156 piloté par le Cpt José Llaca.

Le même jour, la 3e Escuadrilla entame son voyage de retour vers l'Espagne. Quelques pilotes de l'unité restent sur le front russe et intègrent la 4e Escuadrilla. Il s'agit des Lt Ruy Ozores Ochoa, Vicente Aldecoa Lecanda, Javier Maria Guibert Amor et Bernardo Meneses Orozco.

Le 7 juillet 1943, le 4e Escuadrilla remporte sa première victoire sur le front de l'Est. Vers 18 h, une patrouille décolle pour assurer la protection d'un Fw 189 chargé de mener une reconnaissance photo sur des aérodromes soviétiques. Alors qu'ils se dirigent vers l'objectif, les pilotes espagnoles aperçoivent le Fw 189 qui largue ses bombes et pique vers le sol, trahissant la présence de chasseurs ennemis arrivant de la gauche, dans le soleil. Masqué par ce même soleil, l'appareil de l'Aspirant José Mateos Recio échappe à l'attaque des 7 à 8 LaGG 5 qui se lancent à l'assaut du Lt Lucas. Profitant de cette impunité très temporaire, Mateos laisse passer les chasseurs russes et se place dans le sillage du dernier tirant à bout portant avec toutes ses armes. L'appareil russe explose à si courte distance que le pilote espagnol reçoit des projections d'huile sur le pare brise. En virant sur la gauche pour retrouver son chef, Mateos aperçoit un parachute. Craignant qu'il s'agisse de son chef, il lance un appel à la radio avant d'entendre la voix de ce dernier lui indiquer qu'il se trouvait plus haut sur sa droite. Sans demander leur reste les deux pilotes regagnent leur terrain sur lequel ils se posent après avoir effectué un tonneau de victoire. A peine sorti de l'appareil, le pilote est porté en triomphe par ses camarades.

Devant l'étendue du secteur à couvrir, la zone d'actions allant de Yaratsevo à Koursk, plusieurs pilotes sont détachés sur le terrain de Bryansk où il s séjourneront du 12 au 21 juillet 1943. Sont concernés le Capitaine Ruy Ozores Ochoa (récemment promu !), les Lt Francisco Valiente Zarraga, Damaso Arango ainsi que l'Asp José Mateos qui sont accompagnés d'un vétéran de la 3e Escuadrilla, le Lt Bernardo Meneses.

Le 13 juillet 1943, la 4e Escuadrilla ajoute deux victoires à son tableau de chasse. Ce jour là, deux paires décollent pour une mission de chasse libre. La première est composée du Cdt Mariano Cuadra et de l'Asp Eduardo Garcia Amigo et la seconde du Lt Manuel Sanchez-Tabernero et de l'Asp Aldecoa (vétéran de la 3e Escuadrilla). Après quelques minutes, les pilotes espagnols aperçoivent 4 LaGG 5 qui volent à 400 m du sol alors que le ciel est couvert et le plafond bas. Alors que les pilotes espagnols mettent le cap sur les appareils ennemis, 3 décident de quitter le secteur alors que le quatrième continue sa route, droit vers les Fw 190. Croisant l'appareil soviétique, le Lt Sanchez-Tabernero effectue un virage à 180° qui le place dans le sillage de son ennemi. Se lançant dans une longue série de virages serrés, le jeune lieutenant inexpérimenté tire un grand nombre de munitions (plus de 750 projectiles) sans résultat concluant, mais néanmoins persuadé de tenir là sa première victoire, couvert par son ailier, l'Asp Aldecoa. Au bout de plusieurs minutes, lassé par le manque de réussite de son camarade, l'Asp Aldecoa prend alors l'initiative et tire une seule rafale qui sectionne l'aile de l'appareil ennemi. Ce dernier part en vrille et s'écrase rapidement sans laisser à son pilote la moindre chance de sauter au regard de l'altitude très basse.

 

 

A 17 h 40, une nouvelle patrouille composée du Lt Manuel Sanchez-Tabernero et de l'Asp Eduardo Garcia Amigo décolle pour rejoindre une autre patrouille formée par le Cdt Cuadra et le Lt Lorenzo Lucas. Volant en formation ouverte, les chasseurs espagnols aperçoivent bientôt 9 LaGG 3 avec lesquels ils engagent le combat. Dès les premières rafales, le Lt Lucas parvient à abattre un LaGG. De leur côté, les autres pilotes ont des fortunes diverses. Le Lt Manuel Sanchez-Tabernero encaisse un impact dans le moteur qui commence à perdre de l'huile. Celleci recouvre rapidement le pare-brise du pilote qui est littéralement aveuglé. De retour à la base, il se pose en priorité alors que l'Asp Eduardo Garcia Amigo doit se poser sur un terrain allemand pour ravitailler avant de rejoindre son propre terrain.

Le 15 juillet, nouvel engagement avec 4 Il 2 escortés par 5 LaGG 3. A l'occasion de ce combat, le Lt Lorenzo Lucas parvient à abattre l'un des chasseurs. Le lendemain, 16 juillet, c'est au tour du Lt Sanchez-Arjona d'ajouter un La 5 à son tableau de chasse tandis que son ailier, le Lt Lorenzo Lucas double la mise en abattant cette fois-ci un La 5.

Si la seconde moitié du mois d'août 1943 permet d'ajouter 25 victoires confirmées au tableau de chasse de la 4eme Escuadrilla, l'unité paye aussi un lourd tribut en perdant 2 pilotes tués au combat et un troisième gravement blessé. Le 12 août, les deux premières patrouilles décollent dès 4 h 45. Elles sont composées du Capitaine Ozores et du Lt Valiente d'une part et du Lt Sanchez-Tabernero et de l'Asp Aldecoa d'autre part. Les pilotes espagnols doivent protéger une formation de He 111 chargée de bombarder le secteur de Kirov. En chemin, le combat s'engage entre Ozores et Valiente et une paire de LaGG 5. Valiente parvient à se placer dans la queue d'un chasseur russe mais il est lui même poursuivi par le second chasseur russe alors qu'Ozores ferme la marche en coiffant le second chasseur russe. Le risque d'être lui-même abattu grandissant au fil des secondes, Valiente décide de fausser compagnie à son poursuivant, non sans mal. Déçu de n'avoir pu tirer son LaGG, il décide de retourner sur la zone de combat avec la bonne surprise de retrouver le chasseur russe auquel il ne laisse cette fois-ci aucune chance. Le pilote soviétique parvient toutefois à sauter en parachute. De son côté, l'autre patrouille parvient à abattre deux La 5, un pour le Lt Sanchez-Tabernero et l'autre pour l'Asp Aldecoa.

Plus tard dans la matinée, à 6 h 35, le Cpt José Llaca et le Lt Lucas décollent pour escorter un Fw 189 charger de photographier les dégâts occasionnés par l'attaque des He 111. Des LaGG 3 tentent d'intercepter l'appareil de reconnaissance mais les chasseurs espagnols s'interposent et le Cpt José Llaca abat l'un des appareils. Mais le combat le plus dur de la journée concerne les Lieutenants Lucas, Escalante et Vigueras Murube. Alors qu'elle vole sous la couche nuageuse, la formation espagnole aperçoit un appareil de reconnaissance allemand qui pique vers le sol, laissant supposé qu'il est poursuivi par des chasseurs soviétiques. Le Lt Lucas qui commande la formation prend alors de l'altitude et traverse les nuages afin d'intercepter les appareils russes tout en profitant du soleil pour se cacher. Se plaçant au-dessus des appareils russes, il donne l'ordre d'attaquer et reste lui-même en couverture. Le Lt Escalante prend en chasse un LaGG que lequel il tire tout en se rapprochant rapidement. Après l'avoir dépassé, il tire sur le manche pour se remettre en position d'attaque. C'est alors qu'une explosion survient entre ces jambes provoquant un début d'incendie qui vient lécher sa combinaison de vol. Sans attendre, le pilote largue sa verrière et saute en parachute. Alors qu'il descend vers le sol, il est pris pour cible par le chasseur soviétique. Sans autre moyen de se défendre que son pistolet, il ne parvient toutefois pas à l'utiliser en raison de graves brûlures aux mains. Alors que sa combinaison de vol continue à brûler il fait semblant d'être mort afin de faire cesser l'attaque du chasseur russe, devant attendre d'atteindre le sol pour éteindre les flammes qui dans la chute ont agravé ses brûlures. Pris pour cible par des soldats allemands qui le prennent pour un pilote russe, il est finalement pris en charge et évacué avec d'autres soldats blessés. Lorsqu'il regagne son unité, rares sont les camarades du Lt Escalante qui pensent le revoir un jour reprendre sa place dans l'Escuadrilla. Pris en charge par le médecin de l'unité, le Capitaine Lopez Coterilla, il sera remis sur pied mais sera cependant maintenu au sol pour le reste des opérations.

Dans le même temps, le Ju 52 de liaison de l'unité se pose sur le terrain avec à son bord le Cpt Alvaro Borras Marimon, les Lt Salvador Serra Alorda, Enrique Pareja Nuñez et José Cavanilles ainsi que les Asp Luis Chicharro Lamamié de Clairac, Luis Estébanez Vela et José Recasens Garriga qui forment le troisième et dernier contingent de la 4eme Escuadrilla.

 

Ju 52 de liaison des Escuadrillas Azul

 

La liste des victoires continue à s'allonger le 14 août avec un nouveau La 5 pour le Cpt Galarza Sanchez. Deux jours plus tard, touché par la DCA russe au cours d'une mission de chasse libre, le Cdt Mariano Cuadra doit effectuer un atterrissage forcé près de Kashinina. Il sera récupéré un peu plus tard par un Fi 156 piloté par le Lt Arango. Deux jours plus tard, le 18 août, le Cdt Cuadra inverse le sort en abattant deux appareils ennemis, un Il 2 et un LaGG 3 alors que le Lt Llaca et le Lt Arango abattent chacun un Il 2. Poursuivant la série de Sturmovik, le Lt Lucas revendique un autre Il 2 le 19 août au cours d'une mission de chasse libre en compagnie de l'Asp Recasens afin de familiariser ce dernier à son nouveau terrain d'opérations. Volant sur un Fw 190A-3 armé de 4 canons, le Lt Lucas parvient à abattre le Sturmovik avant que celui-ci ne plonge vers le sol pour se protéger.

Le Capitaine Llaca inaugure le tableau de chasse du mois de septembre en abattant un Il 2, sa quatrième victoire personnelle. Il faut attendre le 4 avant d'enregistrer un évènement notable lorsque le Lt Sanchez-Tabernero, suite à une panne moteur, doit effectuer un atterrissage forcé, train rentré, peu avant d'atteindre le seuil de piste. Souffrant de blessures légères, il sera interdit de vol pendant 1 semaine. Le lendemain, 5 septembre, a lieu la première rencontre avec des Bell P-39 au cours d'une mission de chasse libre dans le secteur d'Elnya. Le Lt Sanchez-Arjona qui accompagne le Cdt Cuadra parvient à abattre l'un des 2 La 5 qu'il rencontre et qui était de fait accompagnés de 2 P-39. Deux jours plus tard, le 7 septembre, les mêmes pilotes tombent sur formation d'Il 2 qu'ils attaquent immédiatement. Ils parviennent à abattre un Sturmovik chacun, portant leur score respectif à 8 victoires. Ils sont suivis de près par le Lt Lucas qui ce même jour remporte sa 6eme victoire en abattant un LaGG 3.

Le 12 octobre 1943, l'Asp Recasens Garriga décolle sur alerte alors qu'un appareil ennemi est signalé à la verticale du terrain. Arrivé à 6000 m d'altitude, on lui demande de rejoindre d'autres pilotes qui ont décollés après lui et qui se trouvent plus bas. ayant rejoint ses camarades, il reprend son ascension avec eux lorsqu'il annonce par radio que ses commandes deviennent dures. Le Lt Lucas qui dirige la formation reconstituée lui demande alors de regagner la base avant de voir l'avion de Recasens partir en piqué en larguant sa verrière. Le pilote abandonne son avion mais heurte l'empennage. Fort heureusement pour lui, il avait eu le temps de déclencher l'ouverture du parachute. Ses camarades volent alors à sa rencontre et s'aperçoivent que Recasens est inconscient. Arrivé au sol, il est rapidement pris en charge par des soldats allemands qui ne constatent qu'une fracture de jambe sans grande gravité même si elle signe l'arrêt des combats pour le jeune pilote et son rapatriement vers l'Espagne.

Après une période de calme relatif de près de 10 jours, les combats reprennent le 21 octobre 1943 lorsqu'un ordre de mission arrive pour l'interception d'un groupe de 8 Il 2 et LaGG 3. Immédiatement le Cpt Galarza Sanchez accompagné des Lt Lucas, Pareja et Cavanilles qui sont en alerte décollent. Au bout de 10 min de vol, le Lt Cavanilles annonce des problèmes moteurs qui l'oblige à rebrousser chemin. Quarante minutes plus tard, c'est au tour de l'avion de Lucas de montrer des signes de faiblesse, témoignant de l'usure des Fw 190 espagnols. Les deux pilotes encore en lisse volent depuis 1 h 15 lorsque Galarza décide de se poser à Orsha pour ravitailler. Alors qu'ils se trouvent au sol, ils reçoivent l'ordre de réaliser une mission de chasse libre dans le secteur d'Orsha. Ils redécollent à 14 h et mettent le cap au Nord. Alors qu'ils suivent l'autoroute Moscou - Orsha à 2000 m d'altitude, ils repèrent 4 Il 2 qui se fondent dans la brume. Galarza parvient à se placer dans la queue d'un Sturmovik et alors qu'il se prépare à faire feu son ailier le prévient de la présence d'un chasseur derrière lui. En regardant par dessus son épaule, il constate avec horreur que ses poursuivants ne sont autres aque des redoutables Yak 9. Il tire immédiatement sur le manche et se met dans le soleil. Tout en prenant de l'altitude, il aperçoit un appareil brûler au sol, sans savoir encore qu'il s'agit du Fw 190 n° 8 du Lt Pareja Nuñez. Une fois récupérée, la dépouille du pilote sera inhumée avec les honneurs militaires au ciometière d'Orsha

 

 

Avec le mois de novembre 1943, c'est le terrible hiver russe qui devient le principal ennemi des pilotes espagnols. C'est d'ailleurs par la plus grande des malchances que l'Escuadrilla se trouve privée de son chef, le Cdt Cuadra qui est victime d'une mauvaise chute lors de l'inspection de l'épave de l'Il 2 abattu par Arango et au cours de laquelle il se casse la jambe, nécessitant une évacuation en Ju 52 vers Berlin pour y être soigné. L'interim est alors confié au Cpt Galarza. Les vols deviennent alors très rares. Le 17, malgré le temps exécrable, une mission de protection d'un Hs 126 est assurée par les Lt Lucas, Sanchez-Arjona, Serra et l'Asp Mateos. Alors qu'ils viennent de terminer leur ravitaillement à Orsha, une brusque dégradation du temps oblige les 4 pilotes à attendre une amélioration dans l'inconfort le plus total. Le lendemain matin, dès 6 h 15, les 4 Fw 190 décollent. Les ordres du chef de patrouille, le Lt Lucas, sont clairs. Les appareils doivent absoluement restés groupés. Prenant la direction de l'Est sur 4 km après le décollage les appareils virent ensuite au Nord avant d'effectuer de s'orienter au Cap 270° vers l'Ouest pour rentrer à leur base. C'est au cours du dernier virage que Lucas aperçoit un banc de brume en formation et qu'il constate un début de givrage de son pare-brise. Il ordonne immédiatement à tous les appareils de se poser rapidement à Orsha sur lequel il se retrouve finalement seul à atterrir. En fait la deuxième patrouille a rejoint sans encombre le terrain de Star-Bykhov. En revanche, victime du givre, l'appareil du Lt Sanchez-Arjona s'écrase à 6 km au Sud du terrain d'Orsha, entrainant dans la mort son pilote. Cette perte est d'autant plus durement ressentie que le Sanchez-Arjona était considéré comme le meilleur pilote de la 4e Escuadrilla. A bord du Fi 156, les Lt Sanchez-Tabernero et Cavanilles accompagnés de l'aumonier se rendent sur place et ramènent la dépouille du pilote. Il sera inhumé avec les honneurs militaires au cimetière d'Orsha.

Malgré l'hiver, l'avance russe continue et les pilotes espagnols sont contraints de changer à nouveau de terrain. Le 24 au soir, les 6 pilotes espagnols encore disponibles reçoivent l'ordre de rejoindre le terrain de Bobruisk. Le Lt Sanchez-Tabernero qui est le plus ancien est chargé de conduire la formation sur sa nouvelle base, le Cpt Galarza devant rejoindre cette dernière avec l'échelon terrestre. Malheureusement, à l'aube, le terrain est recouvert par une brume épaisse qui rend exagéremment dangereuse toute tentative de décollage. Ce n'est que vers 11 h qu'une trouée commence à apparaitre. Le Lt Sanchez-Tabernero ordonne à ses pilotes de rester très grouper pour éviter que certains ne se perdent ne soient obligé d'atterrir dans le brouillard épais avec un risque majeur d'accident fatal. AU final, les pilotes espagnols rejoignent sans encombre leur nouvelle base. Le mois de novembre se solde par un bilan ridicule en terme d'activité avec seulement 12 sorties et aucune victoires pour la perte d'un pilote tué et d'un blessé, l'Asp Recasens Garriga, blessé le 14 novembre.

Le 10 janvier 1944, alors que la température extérieure est de - 12° C, la patrouille d'alerte reçoit l'ordre de décoller pour escorter des Ju 87. Le Lt Lucas décolle avec son ailier, le Lt Cavanilles, peu après mide, en compagnie de 6 Fw 190 du Stab./JG 51. Au-dessus de l'objectif, les appareils allemands doivent faire face à environ 150 chasseurs ennemis et tentent de rester au plus près des Stuka jusqu'au moment de l'attaque. Au moment ou les Ju 87 se lancent dans leur piqué mortel, les Fw 190 peuvent s'écarter légèrement tout en veillant à poursuivre leur mission et en veillant à ne pas se laisser entrainer dans des combats qui les éloigenraient de leurs protégés. Alors que le Lt Lucas se porte à la hauteur des Stuka qui quittent la zone de combat à basse altitude, ce dernier s'aperçoit que son ailier a disparu avant de recevoir un appel radio lui indiquant que ce dernier était aux prises avec des appareils ennemis. Le Lt Lucas indique alors au Lt Cavanilles qu'il vient l'aider tout en lui demandant de rompre le combat devant l'écrasante supériorité némuérique des soviétiques. Alors qu'il arrive sur la zone de combat, le Lt Lucas est pris en chasse par 8 appareils ennemis et doit piquer à mort pour échapper à ses adversaires. Malgré ses appels à son équipier pour qu'il fasse de même, le Lt Cavanilles est finalement abattu. Ce sera la dernière perte de la 4e Escuadrilla.

Le 12 janvier 1944, le Lt Valiente obtient la dernière victoire de la 4e Escuadrilla. En alerte en compagnie du Lt Lucas, il décolle lorsque des appareils sont annoncés en approche. Sept Boston en formation en V sont bientôt repérés. Il volent cap à l'Est en direction de leurs lignes et sont couverts par deux échelons de chasseurs, dont un vole 1000 m au-dessus des bombardiers. Les pilotes espagnols se trouvent au même niveau que ces chasseurs qui ne pardent pas à repérer les Fw 190. Rusant pour tenter de s'approcher au plus près des bombardiers, le Lt Lucas balance des ailes afin de faire croire aux pilotes russes qu'ils sont alliés. Le Fw 190 ressemblant beaucoup au LaGG 3, la supercherie semble fonctionner puisque les chasseurs russes répondent en balançant eux-aussi des ailes. Alors qu'un Boston pénêtre dans un nuage, le Lt Valiente se lance à sa poursuite et le surprend au moment où il sort du nuage. Finalement c'est toute la formation qui sort du nuage et alors qu'il lance son attaque les bombardiers se mettent à riposter, attirant du même coup l'attention des chasseurs d'escorte qui se jettent sur le Lt Valiente. Arrivant en fort piqué avec une vitesse d'environ 850 km/h, le Boston pris pour cible s'approche très vite. Sérieusement touché, le Boston commence à perdre de la vitesse avant de tomber au bout de 10 secondes. Finalement la chasse adverse renonce à poursuivre le pilote espagnol qui rentre sans encombre à sa base.

Les premiers éléments de la 4eme Escuadrilla à rentrer en espagne quittent le front de l'Est le 29 janvier 1944, avant même d'avoir reçu les décorations en rapport avec leurs succès. xxx

 

 

 


Traducteur / Translator / Traduttore / übersetzer / vertaler

 

 

DECORATIONS
EK 2
EK 1

 


 

 

 

                       

 




 

Date Heure Type Avion Unité Grade Fonction Lieu   Remarque
URSS
14.07.43 13:15 LaGG 3
Fw 190 15./JG 51 Lt Pilote £ 54 362: at 1.500 m.
16.07.43 15:45 La 5
Fw 190 15./JG 51 Lt Pilote £ S.E. Shisdra: at 2.000 m.
10.08.43 16:50 LaGG 3
Fw 190 15./JG 51 Lt Pilote £ 4537: at 1.500 m.
19.08.43 14:00 Il 2
Fw 190 15./JG 51 Lt Pilote £ S.E. Spas-Demensk: at 800 m.
07.09.43 16:50 LaGG 3
Fw 190 15./JG 51 Lt Pilote £ N.W. Kirov: at 1.000 m.
6

 




 

 

 


Sources

http://www.adlertag.de/blaueStaffeln/index.htm
Ciel de Guerre numéro 18 / Juillet août septembre 2010 - Les Espagnols de la Luftwaffe
Ciel de Guerre numéro 19 / Février mars avril 2011 - Les Espagnols de la Luftwaffe


 

 


Cieldegloire.com